A propos

Jaber – biographie

Tunisien né en 1938, Jaber débarque à Marseille à l’âge de 17 ans.

Ancien boulanger, boxeur et bateleur, artiste autodidacte découvert par jean Dubuffet.

Musicien ambulant, clown, poète, imitateur, mime, conteur, homme-orchestre … Jaber al-Mahjoub, connu sous le nom de Jaber, est une figure familière de la rue parisienne. Armé de son luth à trois cordes, il lui faut peu de temps pour conquérir le cœur des passants, sérénades étranges, mélodies de sa propre composition, entrecoupées de sketches semi-improvisés.
Les peintures et sculptures de Jaber, comme ses dessins, sont réalisés en jonglant avec les formes, les symboles et le rythme des couleurs dans une confusion d’expression qui n’est pas, du moins au départ, très facile à comprendre.. C’est de l’art élémentaire qui, avec son sens de l’absurde, à la limite de la folie, oscille entre art naïf et art brut sur les franges d’une forme nouvelle d’art populaire. Appelez cela l’art populaire urbain – mobile et nomade, s’il n’est pas déraciné.
Les sculptures de Jaber semblent parfois comme des totems bien plus menaçantes et moins «amicales» que l’art forain. Recouverts, comme ses tableaux, avec des inscriptions vagues évoquant le nom de régions ou pays, comme « Corsisa », « Auvergne », « Espagne », ces modèles en plâtre peuvent être facilement identifiés grâce à leurs grandes signatures en lettres moulées à côté d’une date invariablement fantaisiste : JABER 1995 ou JABER 1830. Certaines compositions représentent des allégories exprimant la lutte pour la vie : une série d’animaux se dévorent les uns les autres avec, au dos, son double totémique, l’âne – un souvenir de son pays natal, la Tunisie et l’incarnation de la pudeur, dont il ressent un respect particulier.
Comme les musiciens de rue qui ne savent pas lire une note mais qui ne font qu’un avec leur instrument, Jaber a développé, par des contacts quotidiens avec le public, une connaissance instinctive, Jaber a besoin de réinventer son monde à sa façon. Pour Jaber, comme pour tous libres penseurs, une petite création et un chef d’œuvre ne sont jamais très éloignés, la création est une lutte quotidienne et demain reste encore à accomplir.

Jaber se désigne lui-même comme « l’idiot heureux ». Son œuvre – peintures, sculptures et chansons de caractère obsessionnel – exprime l’immédiateté de son expérience de la vie. C’est Jaber lui-même qui est art brut.

Principales expositions en solo (1970-2000)

1971 : Plainfield Festival of art (USA)

1977 : American Center for students and Artists, Paris

1978 : Foire Internationale d’Art, Paris

1978 : Procope, Paris

1978 : Salon d’hiver, Paris

1979 : Nouveau Salon de Paris

1980 : Salon d’Hiver, Paris

1983 : L’Aracine, Neuilly sur Marne

1983 : Galerie Alif Ba, Casablanca, Maroc

1984 : Galerie L’Oeil de Buf, Paris

1985 : Autour de Chaissac, Eymoutiers

1986 : Les Indomptés de l’Art, Besancon

1986 : Galerie Es Llimoner, Ibiza, Espagne

1986 : Seguda Bienal de la Habana, Cuba

1987 : L’Art Brut, Blanc Mesnil

1987 : Les Elephants sont parmi nous, Musée de Dieppe

1988 : Galerie Jacques Karamanoukian, Detroit, USA

1988 : Musée d’art Moderne de la ville de Paris

1990 : Galerie Michèle Sadoun, Paris

1990 : Galerie Marc Espinosa, Paris

1993 : Galerie Scavongelli, Rome et Paris

1994 : Galerie Michel Ray, Paris

1995 : Galerie El Haouaini, Le Caire, Egypte

1996 : Les Jardiniers de l’Art Bègles

1997 : Galerie Saslow, Chicago, USA

1997 : Halle St Pierre, Paris

1998 : Galerie du Hof, Butgenbach, Belgique

1999 : Stadshof, Zwolle, Pays-Bas

2000 : Outsider Art Fair New-York, USA

2015 : Artes, Barbizon, France

2021 : Rentre à Beaubourg dans la collection Bruno Descharmes